fbpx
L'actualité des entreprises guadeloupéennes

Depuis mardi et pour trois semaines, la Guadeloupe connaît de nouvelles restrictions
sanitaires. Parmi elles, la fermeture des commerces dits « non-essentiels ». Mais pour ce
nouveau confinement, la liste de ces commerces essentiels est bien plus longue qu’en mars
2020.


Sans surprise, le préfet de la Guadeloupe a décrété un nouveau confinement qui ne porte pas
son nom. Depuis la semaine dernière et le durcissement des mesures sanitaires, il avait
annoncé que si la situation épidémique ne s’améliorait pas, un durcissement était à prévoir.
La diffusion du virus s’est légèrement accélérée avec 869 personnes testées positives la
semaine dernière. C’est 11 de plus que la semaine d’avant. Les services de réanimation
restent sous tension, selon la préfecture, avec 18 nouvelles admissions en réanimation.


Face à cette situation, le préfet a décrété la fermeture des commerces dits « non-essentiels ».
Une liste des établissements autorisés à rester ouvert a été publiée. Près d’une cinquantaine
d’activités sont citées. Parmi elle, les bureaux de tabac, les fleuristes, les disquaires et plus
surprenant … les concessions automobiles.
Le préfet s’en est justifié sur Guadeloupe Première en indiquant que « c’est une activité qui
peut être indispensable quand on a besoin de se déplacer », prenant l’exemple de quelqu’un
dont la voiture tomberait en panne et qui aurait besoin d’en acheter une nouvelle.
Le secteur automobile occupe une place importante en Guadeloupe. En 2020, plus de 200
000 véhicules circulaient en Guadeloupe. Soit 0,52 voitures par habitant. En comparaison,
c’est plus que l’Île-de-France qui compte 0,42 véhicules par habitant.


Pour les commerces obligés à baisser le rideau (comme les restaurants, sauf pour les ventes
à emporter) les aides de l’état seront maintenues comme le fonds de solidarité, le prêt
garanti par l’État et l’exonération d’une partie des cotisations sociales.